Prendre en main le règlement de la succession bien en avance

Pourquoi les propriétaires de PME devraient planifier leur succession suffisamment tôt

Tôt ou tard, l’heure est au changement. Le règlement de la succession est rarement simple: le propriétaire, qui est souvent le fondateur de l’entreprise, doit transmettre l’œuvre de toute une vie à quelqu’un. D’où l’importance de planifier à temps cette étape.

En Suisse, les PME emploient plus de neuf dixièmes de tous les travailleurs et travailleuses, constituant ainsi la colonne vertébrale de notre économie. Pour cette raison, le règlement de la succession dans ces petites et moyennes entreprises est d’une importance capitale sur le plan économique. Du fait de l’évolution démographique, de nombreuses PME sont confrontées au défi de trouver un successeur. Mais toutes ne disposent pas d’une solution pour la transmission à la génération suivante. Ainsi, près d’un tiers des PME n’a pas réglé la question de la succession.

La succession est une préoccupation à partir de 55 ans

Deux tiers des propriétaires de PME planifient leur succession un à cinq ans à l’avance. C’est trop tard. Les experts préconisent de s’occuper de la question de la succession dès l’âge de 55 ans. Trouver la bonne personne prend du temps, notamment quand aucun membre de la famille ne veut ou ne peut reprendre l’entreprise. Dans un tel cas, il faut tout d’abord trouver un successeur et le préparer à ses missions.

Conséquences pour la prévoyance

Le règlement de la succession peut rendre nécessaire une restructuration ou le passage à une autre forme juridique. Pour cette raison, il est important de s’en occuper à l’avance. C’est tout aussi vrai en ce qui concerne la prévoyance ((LINK)) personnelle. Il est plus particulièrement judicieux d’examiner à l’avance les points suivants:

  • Analyse des besoins actuels et futurs
  • Evaluation des risques
  • Planification de la prévoyance et de la retraite
  • Contrôle de la prévoyance en faveur du personnel
  • Optimisation fiscale

Evaluer et estimer de façon objective

Transmettre le travail de toute une vie à une nouvelle génération est un sujet sensible et chargé d’émotions. Ces dernières peuvent d’ailleurs entraver la succession, parce qu’elles compliquent l’évaluation objective de la valeur de l’entreprise et des possibilités sur le marché. Un conseil extérieur est souvent très utile dans un tel cas. Parlez-en avec votre conseiller en assurance et prévoyance.