mobi__icon--right Created with Sketch.

la Mobilière

""
""

Assurance tremblements de terre

Assurer les bâtiments et l’inventaire du ménage contre les tremblements de terre

Les tremblements de terre violents sont chose rare en Suisse, ce qui explique que la population soit souvent peu consciente de ce danger naturel. Mais ce n’est pas parce qu’ils sont rares que le risque est totalement exclu – aujourd’hui comme dans 40 ans. Parce qu’un tremblement de terre peut avoir des conséquences désastreuses, il est bon de s’assurer contre ses conséquences financières. C’est pourquoi la Mobilière propose aux particuliers une assurance contre les tremblements de terre assortie d’une couverture unique.

Avantages de l’assurance tremblements de terre

  • Possibilité de conclusion séparée pour le bâtiment et l’inventaire du ménage

  • Prestations: destruction, détérioration ou disparition causées par un tremblement de terre.

  • Les frais sont assurés en plus, à concurrence de 20% de la somme d’assurance, (frais de déblaiement et d’élimination p. ex).
  • La franchise correspond à un montant fixe à choix en francs.

  • Cette assurance peut être conclue par les locataires, les propriétaires d’une maison ou d’un appartement.

  • Aucune intensité minimale du tremblement de terre n’est appliquée.

Phénomènes sismiques en Suisse

Bien que les séismes soient rares dans notre pays, une étude me­née par l’EPFZ ré­vèle qu’au­cune ré­gion n’est to­ta­le­ment épar­gnée par un tel risque. Im­pré­vi­sibles, les trem­ble­ments de terre re­pré­sentent la ca­tas­trophe na­tu­relle au po­ten­tiel de des­truc­tion le plus im­por­tant. Un séisme comme ce­lui sur­venu à Bâle en 1356, le plus grave ja­mais do­cu­menté en Suisse, cau­se­rait au­jour­d’hui plu­sieurs mil­liers de vic­times et des dom­mages s’éle­vant jus­qu’à 100 mil­liards de francs. Car plus la zone est peu­plée, plus les dom­mages sont éle­vés.

Conséquences financières majeures et dommages de plusieurs milliards

En Suisse, il n’existe au­cune obli­ga­tion de s’as­su­rer contre les trem­ble­ments de terre. Le pool suisse pour la couverture des dommages sismiques, au­quel sont rat­ta­chées dix-sept as­su­rances can­to­nales im­mo­bi­lières, pré­voit de ver­ser jus­qu’à 2 mil­liards de francs par évé­ne­ment, mais seule­ment deux fois par an. Il s’agit ce­pen­dant là de pres­ta­tions fa­cul­ta­tives et, en cas de si­nistre, nul droit aux pres­ta­tions n’est ga­ranti. Si un trem­ble­ment de terre sur­vient, les pro­prié­taires d’une mai­son ou d’un ap­par­te­ment ainsi que les lo­ca­taires ne se voient rem­bour­ser que par­tiel­le­ment les frais pour les dom­mages cau­sés au bâ­ti­ment ou à l’in­ven­taire du mé­nage, voire ne per­çoivent au­cun rem­bour­se­ment. L’as­su­rance contre les trem­ble­ments de terre consti­tue de ce fait un élé­ment im­por­tant de la gestion des risques pour tout pro­prié­taire ou lo­ca­taire. En tant que lea­der de l’as­su­rance choses, la Mo­bi­lière pro­pose un concept de couverture unique en son genre.

Bien protégé grâce à la couverture de base et à son extension

L’as­su­rance trem­ble­ments de terre de la Mo­bi­lière se pré­sente sous deux va­riantes:

La couverture de base, avec une somme d’as­su­rance fixe, four­nit une aide immédiate en toute sim­pli­cité. Il peut s’agir par exemple de ré­pa­ra­tions d’ur­gence sur le bâ­ti­ment ou de la cou­ver­ture des be­soins les plus im­mé­diats comme l’hé­ber­ge­ment à l’hô­tel, des vê­te­ments ou un smart­phone.

L’extension re­pose sur la cou­ver­ture de base. Elle en­globe la dif­fé­rence jus­qu’à la somme d’assurance à la valeur totale, que ce soit pour les bâ­ti­ments (y com­pris la pro­priété par étage) ou l’in­ven­taire du mé­nage. La cou­ver­ture à la va­leur to­tale couvre le risque fi­nan­cier, en par­ti­cu­lier lorsque le bien en pro­priété a été fi­nancé par des fonds de tiers. En ef­fet, une des­truc­tion n’ef­face pas la dette hy­po­thé­caire.

La nou­velle so­lu­tion d’as­su­rance de la Mo­bi­lière offre une cou­ver­ture adap­tée aux be­soins pour le risque trem­ble­ments de terre. Si vous avez des ques­tions à ce su­jet, votre agence générale vous ren­sei­gnera vo­lon­tiers.