Micheline Calmy-Rey

Présidente de la Confédération en 2007 et 2011 - la négociatrice

Micheline Calmy-Rey est née le 8 juillet 1945 à Sion dans le canton du Valais. Après une maturité commerciale, elle poursuit ses études à l’Institut de hautes études internationales et du développement à Genève et obtient une maîtrise en sciences politiques. A dirigé pendant vingt ans une petite entreprise familiale de diffusion dans le secteur du livre.

Députée socialiste, elle siège de 1981 à 1997 au Parlement de Genève. Durant son mandat, elle préside le Grand Conseil et assume la présidence de sa commission des finances.

En 1997, elle accède à la fonction de Conseillère d’Etat de la République et Canton de Genève, en charge du département des finances. Elle préside le Conseil d’Etat de 2001 à 2002. Elle est membre du conseil d'administration de la BCGE (Banque cantonale de Genève) et la BNS (Banque nationale suisse).

Le 4 décembre 2002, elle est élue Conseillère Fédérale, fonction qu’elle exerce jusqu’à fin 2011. Cheffe du Département fédéral des affaires étrangères, elle s’est attachée à élargir et développer les relations de la Suisse avec l’Union européenne en renforçant et élargissant la voie dites des bilatérales. Elle a promu une présence plus marquée de la Suisse au-delà du continent européen,  notamment en Asie et a mené une politique de neutralité active, en promouvant la paix, le respect des droits humains et la lutte contre la pauvreté. Parmi les faits marquants de cette politique, il convient de citer le lancement de l’Initiative de Genève, sa contribution décisive à l’établissement du Conseil des droits de l’homme, à l’indépendance du Kosovo, les médiations entre l’Arménie et la Turquie, la Géorgie et la Russie ainsi que l’adoption d’un troisième protocole additionnel aux Conventions de Genève qui a permis de faire entrer le « Magen David Adom » dans le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge.

En 2007 et en 2011, Micheline Calmy-Rey préside la Confédération suisse. Elle préside le Conseil de l’Europe en 2010 et la Conférence ministérielle de la Francophonie en 2010 et 2011.

En mai 2012, elle est nommée professeure invitée à l’Université de Genève. Elle est Docteur honoris causa de l’Université internationale de Genève (IUG). Elle est membre du Conseil de « International Crisis Group », de « Geneva Call », de  « Center for International Relations and Sustainable Development » et du « Leadership Council of the UN Sustainable Development Solutions Network (SDSN)  » et préside la Fondation « Martin Ennals Awards ».

Elle est l'auteure de :

  • « Die Schweiz, die ich uns wünsche », Zürich, Verlag Nagel & Kimche, 2014
    « La Suisse que je souhaite », Lausanne, Editions Favre, 2014
  • « Justice sociale et liberté politique selon Calvin : clarification et perspectives », La Vie Protestante, Genève 2010

Micheline Calmy-Rey est mère de deux grands enfants et grand-mère de trois petits enfants.

« J’ai essayé de positionner la Suisse comme médiatrice sur la scène internationale, en renforçant son image de pays neutre, sans agenda caché, attachée au dialogue et dotée d’une diplomatie compétente», a résumé l'élue socialiste devant la presse au moment de confirmer son départ.