Les abeilles, ces petites héroïnes

Comment aider abeilles et auxiliaires

Les populations d’abeilles sont en déclin. Pourtant, alliées à de nombreux autres auxiliaires, elles jouent un rôle déterminant dans la préservation de la nature. Par des gestes simples, vous pouvez faire la différence et contribuer au maintien de la biodiversité.

Les fleurs que vous avez plantées avec amour et le carré potager que vous entretenez avec soin ont vite fait de se transformer en banquets auxquels s’invitent de petites bêtes rampantes et importunes. Cependant, tous les insectes ne sont pas des trouble-fêtes. Grâce à certains d’entre eux, la flore et la faune nous offrent un spectacle devant lequel nous ne pouvons que nous émerveiller. Nous parlons bien sûr des abeilles et des organismes auxiliaires. Leur population est menacée par le changement climatique, par le manque de massifs fleuris et par l’utilisation de produits phytosanitaires.

Insectes et abeilles: un précieux coup de main au jardin

Des mûres dans nos jardins ou des plants de tomates cerises sur nos balcons: sans le travail de pollinisation de nos amis aux rayures noires et jaunes et sans les auxiliaires qui nous débarrassent des nuisibles, la végétation qui nous entoure serait bien triste. Il est essentiel que les fleurs soient pollinisées pour que fruits et légumes voient le jour. La nature est suffisamment intelligente pour disposer de ses propres remèdes contre les parasites. Les auxiliaires se nourrissent de ravageurs qui nous importunent ou s’en servent comme hôtes. Alors veillez à faire de vos plantations des habitats conviviaux pour les petites bêtes, à épargner les auxiliaires dans votre lutte contre les ravageurs et à accueillir les abeilles sauvages dans votre jardin. Vous ne manquerez pas de voir vos efforts récompensés.

Quand il n’y a pas d’autre choix: lutte antiparasitaire naturelle

Les produits phytosanitaires sont la réponse la plus fréquente à une invasion de nuisibles qui maltraitent vos plantes et vos fleurs. Malheureusement, ces substances toxiques vont s’attaquer également aux auxiliaires et aux abeilles. D’autres solutions existent.

Sur l’étiquette ou l’emballage du produit phytosanitaire, vérifiez s’il est déclaré dangereux pour les abeilles. Renoncez à traiter chimiquement les plantes qui sont déjà en fleurs ou couvertes de miellat. Les variétés robustes ou résistantes aux ravageurs comme les rosiers, les haies ou les vignes, rendent un traitement superflu. Une autre méthode naturelle pour venir à bout des nuisibles consiste à utiliser des pièges et des filets de protection. Souvent, le moindre centimètre carré de jardin est un véritable concentré de produit phytosanitaire. Cette pollution inutile devrait être évitée car les plantes non infectées n’ont pas besoin d’être traitées.

Un habitat haut en couleur: les plantes respectueuses des abeilles

Que vous ayez un jardin ou un balcon, en adoptant une flore favorable aux abeilles, vous invitez ces insectes à festoyer chez vous et vous assurez leur survie. Par exemple, la menthe en fleurs, le trèfle et le souci constituent une parfaite prairie mellifère. Veillez également à ce que la floraison s’étale du printemps à l’automne. Ainsi, vous aidez les abeilles en dehors des périodes de miellée, lorsqu’il ne reste plus que quelques plantes à butiner.

Mi casa e su casa: l’hôtel à insectes

En zones urbaines notamment, les abeilles, bourdons et autres insectes manquent souvent de nourriture. Invitez chez vous ces sympathiques artisans de la nature. Un hôtel à insectes leur offre un gîte pour l’hiver et un endroit pour nicher à la belle saison. Toutes sortes d’hôtes s’y côtoient: coccinelles, papillons ou encore abeilles sauvages. Cette biodiversité rend superflue l’utilisation de produits phytosanitaires toxiques et met aussi de la vie dans votre petit paradis horticole. Vous pouvez acheter un hôtel à insectes ou le bricoler vous-même en suivant quelques instructions simples que vous trouverez à la fin de ce guide.

Et il y a encore plus facile: un tas de sable, de bois mort, de pierres ou de branches peut abriter de nombreux insectes et abeilles sauvages.

Tout ce qu’il faut savoir sur les abeilles et bien plus encore: l’application BeeSmart

Avec l’application BeeSmart, plongez dans l’univers des abeilles et des plantes. Le wiki répond à toutes vos questions sur les pollinisateurs. Quelles plantes choisir? Comment bien aménager un balcon? Comment lutter naturellement contre les parasites? Et si vous avez découvert un essaim et souhaitez le faire enlever, un apiculteur proche de chez vous peut vous aider. L’application est à télécharger dans le Google Play Store et dans l’Apple Store.

Construire un hôtel à insectes

Remplissez des boîtes de conserve propres d’argile et de sable et installez-les à l’abri de la pluie. Percez des trous dans le fond de la boîte afin que le liquide éventuel puisse s’en écouler. 

Outre du sable, vous pouvez aussi glisser dans la boîte des tiges de bambou d’un diamètre de 3 à 9 mm et suspendre la boîte horizontalement. Les tiges de bambou ne doivent pas présenter d’arêtes vives et leur longueur doit se situer entre 10 et 15 cm.

Dans du vieux bois, percez des trous de 2 à 9 mm de diamètre. L’idéal est d’utiliser du bois en long de feuillus. Si vous percez un bois debout, les fissures et les éclats risquent d’être plus nombreux. D’autres matériaux de construction comme la résine, les copeaux de bois ou le bois mort peuvent également être utiles aux abeilles sauvages.

Laissez en place les coquilles d’escargot vides. Ces coquilles peuvent servir à la nidification de certaines variétés d’abeilles sauvages, telles que l’osmie. 

Confectionner soi-même des boules de graines

Les boules de graines sont de petites billes très pratiques. Vous pouvez les poser directement sur la terre au lieu de les enterrer. Pour confectionner une trentaine de «seed balls», il vous faut:

  • 500 g de poudre d’argile (en vente dans les magasins de bricolage)
  • 500 g de compost
  • env. 5 g de semences (p. ex. campanule, bleuet, sauge, tournesol, bourrache ou salicaire; autres plantes pour insectes pollinisateurs, cf. lexique de la flore)
  • de l’eau

Commencez par mélanger la terre, la poudre d’argile et les semences dans un pot. Augmentez un peu la quantité de poudre d’argile si la terre est très sablonneuse. Ensuite, ajoutez lentement l’eau et continuez de mélanger. Le mélange doit être humide et malléable. Formez ensuite des boules de la taille d’une noix. Afin que les graines ne commencent pas à germer, faites sécher les boules au soleil ou sur le radiateur.

Le mélange de terre et d’argile évite que les semences sèchent ou soient emportées par le vent ou lessivées par l’écoulement de l’eau.

«MoBees»: des abeilles à la Mobilière

La Mobilière souhaite contribuer à façonner l’avenir, un avenir positif dans lequel les abeilles ont indiscutablement leur place. Les MoBees constituent une catégorie de collaborateurs bien particulière à la Mobilière: elles ont pour mission de sensibiliser le public à l’importance des abeilles pour l’avenir de la planète et de contribuer activement à la préservation de l’environnement. 61 agences générales s’engagent et hébergent plus de 150 essaims dans des ruches, soit environ trois millions d’infatigables ouvrières aux rayures noires et jaunes. Découvrez l’engagement de la Mobilière en faveur des abeilles.