Eine Frau wirft einem Mann einen Apfel zu.

Job Stress Index 2022: toujours beaucoup de contraintes au travail

Le stress chronique sur le lieu de travail porte atteinte à la santé et coûte chaque année des milliards de francs à l’économie. Les chiffres de la nouvelle étude sur la question publiée par la fondation Promotion Santé Suisse l’attestent.  

Le Job Stress Index mesure le rapport moyen entre les contraintes liées au travail et les ressources des personnes actives en Suisse. La bonne nouvelle, c’est que le ratio n’a pratiquement pas varié par rapport à l’année 2020. La mauvaise, c’est qu’il reste largement supérieur aux valeurs relevées en 2014 et en 2016. Le stress coûte chaque année près de 6,5 milliards de francs à l’économie. Tel est le bilan tiré par la fondation Promotion Santé Suisse dans son étude représentative, à laquelle ont participé 3022 personnes actives âgées de 16 à 65 ans.  

Impact de la pandémie

Comme lors de l’étude précédente, près d’un tiers des personnes actives présentent un niveau de stress critique, avec nettement plus de contraintes que de ressources. Par ailleurs, et pour la première fois depuis 2014, le nombre de personnes qui se sentent épuisées émotionnellement dépasse les 30%. Ces contraintes supplémentaires sont essentiellement dues à la pandémie, avec la crainte d’une contamination, l’isolement social et l’utilisation intensive des technologies de communication et d’information. Ces facteurs se répercutent non seulement sur le stress ressenti, mais aussi sur la santé. Même si Promotion Santé Suisse considère que les entreprises et le personnel ont bien relevé le défi de la pandémie, l’aggravation de l’épuisement émotionnel est un signal d’alarme que les employeurs ne doivent pas négliger. 

Effets du stress chronique

En moyenne, une collaboratrice ou un collaborateur est absent 6,5 jours par an, mais les personnes atteintes de stress chronique sont plus fréquemment malades et moins performantes à leur travail. Il vaut donc la peine, pour une entreprise, de s’intéresser de près à cette problématique dans le cadre de la gestion de la santé en entreprise (GSE), autrement dit de réduire les contraintes de son personnel et de renforcer ses ressources, par exemple en lui accordant une plus grande marge de manœuvre et en réglant les problèmes d’organisation du travail. Si la GSE ne permet pas toujours d’éviter le stress chronique, elle favorise une détection rapide de ce fléau, de sorte que la personne peut être aidée à temps. Il est ainsi possible de réduire de 25% l’absentéisme et les coûts qu’il génère.

Les nombreux leviers de la gestion de la santé en entreprise

Les spécialistes de la Mobilière conseillent et accompagnent les entreprises dans la mise en place d’une GSE individuelle en menant des entretiens avec la direction et/ou les membres du personnel, afin de faire le point de la situation. Un ensemble de mesures adaptées sont ensuite élaborées: il peut s’agir d’établir des offres de promotion de la santé, d’améliorer les processus ou de mettre en place une gestion des absences, ou encore de proposer des formations pour renforcer la santé mentale au sein de l’entreprise. Le personnel et les cadres dirigeants sont ainsi sensibilisés à différents thèmes, tels que la pleine conscience, la résilience et la capacité à bien délimiter vie professionnelle et vie privée. Ces formations visent aussi à motiver les cadres à adopter une attitude valorisante et favorable à la santé.

Le Job Stress Index individuel comme baromètre

Promotion Santé Suisse propose un questionnaire en ligne, qui offre la possibilité aux entreprises de vérifier l’état d’épuisement de leurs collaboratrices et collaborateurs. Elles peuvent aussi comparer leur situation avec celle d’autres sociétés suisses et évaluer le potentiel d’économies que recèle une amélioration de la gestion du stress. Disposant d’une accréditation de Promotion Santé Suisse, les spécialistes de la GSE de la Mobilière aident les entreprises à tirer profit de cet outil et à analyser les résultats.