Tabea Dalliard mit einem Volleyball im Grossraumbüro

Une pro de l’esprit d’équipe

Que ce soit sur le terrain de volleyball ou dans sa fonction d’assistante Public Affairs & Développement durable à la Mobilière, Tabea Dalliard a un seul objectif: faire gagner son équipe.

Authentique, dynamique et pleine d’humour, voilà qui décrit bien Tabea Dalliard. D’origine valaisanne, cette jeune femme de 29 ans travaille à la Direction de la Mobilière à Berne en tant qu’assistante au service Public Affairs & Développement durable. À ce titre, elle organise tous les rendez-vous importants de sa cheffe. «Et j’adore ça! Je trouve gratifiant d’aider d’autres personnes», affirme-t-elle. Pas étonnant, donc, qu’elle ait passé sa vie à mener son équipe vers la victoire.

Une retraite à l’apogée de sa carrière

Volleyeuse de talent, Tabea Dalliard rejoint l’équipe nationale à 15 ans, avant d’entrer peu de temps après dans la plus haute division de Suisse. Dans sa position de libero, elle optimise la défense de son équipe. «En donnant la balle à la passeuse, je pose les bases des futurs points. C’est elle qui décidera ensuite de l’action à entreprendre», explique-t-elle. Sa vie tourne autour du volleyball: pendant neuf ans, elle s’entraîne deux fois par jour, à côté de l’école, des études et du travail. Mais le sacrifice de son temps libre en vaut la peine. En 2013, Tabea Dalliard rejoint le Neuchâtel Université Club Volleyball (NUC Volley). Avec elle, le NUC devient une équipe de pointe. Un succès qui culminera lors de la saison 2018/2019 avec un triplé: le NUC remporte la Supercup, la Coupe et le Championnat.

«
Je cherchais une entreprise qui incarne mes valeurs.
»

En 2019, Tabea Dalliard prend sa retraite à l’âge de 25 ans, à l’apogée de sa carrière. Elle devient alors capitaine de la deuxième équipe du NUC, effectue un master en développement durable à l’Université de Lausanne et se concentre sur sa carrière professionnelle. Jusque-là, les assurances ne la faisaient pas rêver. «Je cherchais une entreprise qui incarne mes valeurs, plutôt dans le développement durable.» C’est à la Mobilière qu’elle trouve son bonheur. Ses préjugés se sont rapidement dissipés. «La culture, le sens de l’humour et la liberté de décision que l’on trouve ici m’ont impressionnée! Je peux tout à fait m’imaginer rester à la Mobilière jusqu’à ma retraite, ce qui n’est pas rare ici», dit-elle en riant. 

L’an dernier, Tabea Dalliard reçoit un appel de l’entraîneuse du NUC car la libero titulaire s’est blessée. Au début, elle est censée uniquement apporter son aide lors des entraînements. Mais elle montre qu’elle n’a rien perdu de sa superbe. On lui propose alors de renforcer le NUC en tant que libero remplaçante pour la saison 2023/2024. 

Un retour soutenu

Et le travail dans tout ça? La réaction de la Mobilière a joué un rôle déterminant dans sa décision, affirme Tabea Dalliard. «Mon équipe s’est montrée compréhensive et m’a motivée. J’ai apprécié la flexibilité qui m’a permis de quitter le travail plus tôt ou de m’absenter plusieurs jours quand c’était nécessaire.» La volleyeuse vit une saison inattendue: le NUC remporte le triplé national et atteint la finale de la Coupe d’Europe. Un succès historique, car c’est la première équipe suisse à réussir cette combinaison. Avec son esprit d’équipe, Tabea Dalliard a encore une fois posé les jalons de ce succès.

Désormais, elle a définitivement tourné la page du sport d’élite: «Je me réjouis de pouvoir me concentrer sur mon travail et sur des formations continues. Je fais maintenant mes meilleures passes pour la Mobilière!».