«Le plus risqué serait de ne rien faire»

Quelques conseils pour investir son pilier 3a dans des fonds avec une faible prise de risque

Les experts financiers recommandent d’investir son 3e pilier dans des fonds. Une option qui effraie de nombreux particuliers. Pourtant, ils pourraient bénéficier ainsi d’un plus gros pécule à la retraite.

Erwin Heri, professeur spécialisé dans la finance, explique l’épargne dans des fonds 3a dans cette vidéo:

Tous les experts le disent: personne ne peut se permettre de faire l’impasse sur le troisième  pilier, alors que l’incertitude plane sur les premier et deuxième piliers. Pourtant, les taux des comptes 3a restent bien faibles. Triste constat alors qu'il s’agit de faire fructifier son capital pour maintenir son niveau de vie à la retraite. Car les revenus de l’AVS et de la caisse de pension ne représenteront ensemble que 60% environ des revenus de l’activité lucrative. L’âge de la retraite venu, il faudra donc compenser cet écart avec son épargne personnelle. Mais comment constituer un capital de prévoyance pour combler cette lacune?  «En plaçant son épargne 3a dans des fonds», répond Thomas van Ditzhuyzen, responsable Investment Solutions à la Mobilière et responsable des MobiFonds.

La prise de risque inquiète

Un grand nombre de personnes se détournent des fonds par peur des fluctuations de cours.  «Les fonds de placement sont souvent associés, à tort, à la spéculation boursière», explique Thomas van Ditzhuyzen. «Les fonds ont pourtant recours à différents instruments de placement: actions, obligations, or ou immobilier. Cette diversification permet de répartir et de réduire au minimum le risque. L’argent peut être investi pour dix, vingt ans, voire davantage. La date du début du placement n’a aucune importance.» Erwin Heri, professeur spécialisé dans la finance, explique dans des vidéos en ligne la règle d’or qui s’applique à ce type de placements périodiques et à long terme.

Comment réduire au minimum les risques en investissant dans des fonds 3a

1. S’informer:  le manque d’information crée souvent l’inquiétude. Sur la plateforme en ligne Fintool, des vidéos explicatives permettent de se familiariser avec les fonds et le monde de la Bourse.
fintool.ch

2. S’adresser à des professionnels: un conseil professionnel permettra d’établir votre profil et votre stratégie de placement et de choisir des fonds adaptés à vos besoins. Une forte part en actions induit un risque plus élevé, mais aussi de meilleures perspectives de rendement.

3. Investir à long terme: privilégier les actions peut se solder par de plus grandes fluctuations de cours. Néanmoins, ces écarts boursiers ne sont pas déterminants à long terme pour l’épargne en fonds.

4. Investir périodiquement: en investissant périodiquement dans des fonds, vous profitez de l’effet du prix moyen, qui compense à long terme les fluctuations boursières.

5. Garder son sang-froid: même quand les marchés plongent, restez calme et ne vendez pas vos parts de fonds. L’expérience montre que les cours et les rendements finissent par rebondir, même après une crise boursière.

Selon Thomas van Ditzhuyzen, l’épargne 3a en fonds n’est pas risquée si l’on mise sur le long terme. «Le plus risqué serait de ne rien faire, de ne pas constituer de 3e pilier ou de laisser dormir son argent sur un compte mal rémunéré.» Planifier activement sa prévoyance, c'est miser sur la sécurité.

Les fonds 3a de la Mobilière

Les MobiFonds et les avoirs d’assurance et des caisses de pension de la Mobilière sont gérés par Mobilière Suisse Asset Manage- ment. La stratégie de placement à long terme repose sur les principes coopératifs de la Mobilière. La sécurité prime le rendement. Pour l’épargne 3a en fonds, la Mobilière propose deux fonds largement diversifiés: le MobiFonds 3a qui investit à hauteur de 30% en valeurs réelles (actions, immobilier, or) et de 70% en valeurs nominales (obligations, emprunts convertibles, liquidités) et le MobiFonds 3a Plus, qui investit, quant à lui, lui dans un rapport 60%/40%.