mobi__icon--right Created with Sketch.

la Mobilière

suspenders.ch
suspenders.ch

La Mobilière soutient la scène musicale suisse

Fin février, près de 300 groupes suisses étaient au programme. Pourtant le Ghost Festival restera silencieux. La Mobilière et son collaborateur Thomas Walther participent aussi à cette initiative.

Le silence règne sur la scène musicale suisse. Depuis des mois. Et la tenue du Ghost Festival n’y changera malheureusement rien. Certes, 1500 artistes de quelque 300 groupes sont programmés et il est possible d’acheter des billets et des articles de merchandising. Pourtant, aucune note de musique ne retentira les 27 et 28 février prochains. Aucun groupe ne se produira sur scène. Et c’est bien ce qui était prévu dès le départ: le Ghost Festival est une opération de solidarité en faveur de la création musicale suisse. Les recettes de la billetterie seront reversées aux musiciens qui, ne pouvant plus se produire en public depuis des mois, se trouvent confrontés à des difficultés financières. La Mobilière est sponsor principal du festival, mais le lien ne s’arrête pas là.

suspenders.ch

suspenders.ch

Vivre de la musique

Les «Suspenders» sont un groupe originaire de Berne qui ne participera pas au festival. Le chanteur, Thomas Walther, est responsable Customer Analytics à la Mobilière. «Les autres membres du groupe sont des musiciens professionnels dont les revenus ne sont plus garantis. Pour moi, en revanche, la musique est un loisir et je n’en dépends pas financièrement. C’est pourquoi, à la différence de mes collègues musiciens, je ne me suis pas inscrit au Ghost Festival en tant qu’artiste et je ne toucherai pas d’aide financière», explique Thomas Walther. Ce sont uniquement les artistes qui vivent de la musique qui bénéficieront de ce soutien.

«Les concerts nous manquent»

En temps normal, les «Suspenders» font une trentaine de concerts par an. En 2020, il n’y en a eu que sept. Quand le groupe pourra-t-il à nouveau jouer sur scène? Thomas Walther n’a pas la réponse. Il est clair que pour l’instant, le groupe reçoit nettement moins de demandes de réservation qu’en temps normal et que les «Suspenders» doivent aussi renoncer aux répétitions. L’an passé, tout s’est arrêté au mois d’août pour le groupe. «Les concerts et l’interaction avec le public nous manquent. Nous espérons pouvoir remonter sur scène dès que possible.», confie Thomas Walther. Et la scène musicale suisse pourra alors de nouveau se faire entendre.

Soutenez la scène musicale suisse!

Le Ghost Club est une association composée de musiciens, d’agents et d’organisateurs ainsi que d’amateurs de musique. Avec le Ghost Festival, ils entendent ouvrir un vaste dialogue au sein de la société et envoyer un signal médiatique et socioculturel. Les recettes de la billetterie seront intégralement reversées aux musiciens participants à l’opération. Vous pouvez acheter des billets sur le site www.ghost-festival.ch.