Eboulement à Wolhusen: de la chance dans la malchance

Jeudi, 14. Janvier 2016

Un pan de falaise s’est affaissé dans la Petite Emme le 11 janvier dernier à Wolhusen. Une vingtaine de caves et une gravière ont été inondées. Visite sur place avec les experts de sinistre de la Mobilière Martin Helfenstein et Roman Graf.

Une masse de rochers d’environ 5000 mètres cubes, ce qui équivaut à 500 camions-bennes, s’est détachée de la paroi le 11 janvier dernier à 3 h 30 et s’est écrasée dans la rivière, projetant des éboulis jusqu’à 200 mètres à la ronde. «C’est l’heure à laquelle une femme a l’habitude de distribuer des journaux dans cette zone. Heureusement, elle avait du retard ce matin-là», raconte Brigitte Imbach, directrice de l’entreprise Kieswerk Imbach AG. «Il vaut mieux ne pas penser à ce qui se serait passé si l’éboulement avait eu lieu en journée».

Priorité au rétablissement du courant

L’entreprise Imbach AG est assurée auprès de la Mobilière. Elle a été particulièrement touchée par l’éboulement. La gravière se trouve juste en dessous de la paroi rocheuse, sur l’autre rive de l’Emme. Il y a de la boue et des débris partout, ainsi qu’une forte odeur de mazout, due à des fuites dans les réservoirs. Martin Helfenstein, inspecteur de sinistre de la Mobilière, inspecte chaque bâtiment, l’un après l’autre, avec Brigitte Imbach. Dans un premier temps, il s’agira de rétablir le courant et de procéder au nettoyage mécanique des appareils. En effet, plus longtemps ils resteront encrassés, plus ils seront difficiles à nettoyer. C’est pourquoi Martin Helfenstein a pris avec lui un expert en assainissement et un ingénieur en électricité. «Il est important que nous puissions montrer rapidement à notre cliente ce qui est faisable et ce qui ne l’est pas», explique Martin Helfenstein. Pour chaque appareil, les experts décident si un assainissement vaut la peine ou s’il vaut mieux acheter un nouvel appareil. Les décisions sont prises en tenant compte non seulement des coûts, mais aussi du délai dans lequel le client pourra reprendre son exploitation.

Une vingtaine d’habitations évacuées

Pendant ce temps, Roman Graf, responsable des sinistres à l’agence générale de la Mobilière à Willisau, visite les clients privés dont l’habitation a également été touchée. La veille, il a reçu une vingtaine de déclarations de sinistre. Il s’agit pour la plupart de caves inondées. Ses clients ont tous été évacués de leur maison. Ils sont désormais de retour chez eux et s’appliquent à nettoyer leur cave.

Vidéo: Olivier Messerli, Communication d’entreprise
Texte: Susanne Maurer, Communication d’entreprise