Croire en l’avenir

Malgré les coups du sort, la famille Ebinger n’a jamais perdu espoir

Les orages qui se sont abattus sur la région de Zofingue ont gravement endommagé la maison de Brigitta et Peter Ebinger. Actuellement dans un logement provisoire, ils vivent une période difficile, et les intempéries ne sont pas seules en cause.

Brigitta et Peter Ebinger, accompagnés de leur chienne Joya, espèrent regagner bientôt leur maison.

Dans la salle de bains, les linges reçus en don sont soigneusement rangés sur deux piles dans un carton de déménagement de la Mobilière. Le petit garde-manger contient quelques provisions, en partie déposées dans des cartons de déménagement. «Nous voulons être prêts à regagner tout de suite notre maison le moment venu», explique Brigitta Ebinger.

Le 8 juillet 2017, les inondations ont rendu inhabitable la maison de Brigitta et Peter Ebinger, à Mühlethal (AG). Ils sont depuis installés, avec leur chienne Joya, dans un logement provisoire situé à proximité, loué aux frais de la Mobilière. Par chance, une connaissance a pu mettre à leur disposition cet appartement de 3,5 pièces dans sa ferme. D’autres leur ont offert un lit et un canapé. Car la boue a causé de gros dégâts.

Avant ces intempéries, Brigitta et Peter Ebinger avaient déjà dû affronter un autre coup du sort: l’an dernier, ils ont perdu leur fille unique, emportée à l’âge de 28 ans par une grave maladie. Heureusement, l’orage a épargné les photos, les dessins et la chambre de leur fille, au deuxième étage.  

Les Ebinger n’ont rien pu faire contre la coulée d’eau et de boue qui a envahi leur maison à la suite aux précipitations record qui se sont abattues sur la région de Zofingue. Un tronc d’arbre charrié par l’inondation a transpercé le mur en béton de la salle de bains. La brèche est provisoirement obturée au moyen d’un panneau de polystyrène maintenu à l’aide d’un balai. La couche de boue de plusieurs centimètres d’épaisseur n’est plus qu’un mauvais souvenir. Par contre, le parquet que les Ebinger avaient posé eux-mêmes est détruit. «Nous avons mis tout notre cœur dans cette maison achetée il y a 35 ans. Nous l’avons rénovée et transformée de nos propres mains. C’est là que se trouvent nos souvenirs, notamment ceux de notre fille adorée.» 

Le couple Ebinger garde néanmoins le moral: «Nous sommes tous les deux en vie, c’est l’essentiel.» Peter Ebinger lance avec le sourire: «Heureusement  que notre inventaire du ménage était correctement assuré. La Mobilière n’a pas fait de chichis et nous a demandé le montant de l’avance dont nous avions besoin.» 

Selon les experts, la famille ne pourra pas regagner sa maison avant Noël et devra patienter jusqu’à février au moins. La chienne Joya se couche près de ses maîtres. Brigitta Ebinger esquisse à son tour un sourire:  «Elle est notre star et se réjouit toujours des visites, même ici, dans notre logement provisoire.»

Texte: Leilah Ruppen
Photo: Iris Stutz 

L’épais mur de béton de la salle de bains a été transpercé par un tronc d'arbre charrié par la coulée de boue.