Les élèves apprennent les règles de la démocratie directe

Jeudi, 23. Février 2012

L’association « Ecoles à Berne » organise pour la 12ème fois, du 20 au 24 février, une semaine d’éducation civique au coeur de la Berne fédérale. A partir de cette année, les élèves peuvent aussi compter sur le soutien de La Mobilière : le 23 février, Urs Berger, président du Conseil d’administration, a remis à l’association un chèque de 40'000 francs pour ce nouveau matériel pédagogique. Le point culminant, qui marque aussi la fin de la semaine de jeu de rôle, est le jeudi après-midi, quand les élèves se retrouvent dans la vraie salle du Conseil national au Palais fédéral pour débattre de leurs initiatives fictives – cela en présence de l’ancien conseiller fédéral Samuel Schmid qui représente le Conseil fédéral. «Ecoles à Berne» est l’unique projet en matière de formation politique au niveau secondaire I avec une orientation pratique et qui dépasse les frontières linguistiques.

La démocratie ne peut fonctionner que si les citoyens y participent activement. Cela implique l’apprentissage des règles du jeu démocratique qui ne sont pas toutes simples, en particulier dans une démocratie directe comme la nôtre. Dans les écoles suisses, l’éducation civique n’est pas vraiment mise en avant au niveau du secondaire I. Elle est enseignée surtout à partir du secondaire II, donc juste avant que les jeunes obtiennent les droits de vote et d’éligibilité. «Trop tard», s’insurge Dora Andres, présidente de l’association «Ecoles à Berne». Afin d’éveiller l’intérêt des jeunes pour la politique, elle a fondé en 2008 l’association «Ecoles à Berne » qui, en 2009 déjà, a réalisé les premières semaines-projet avec une orientation pratique, qui ont eu lieu à Berne. Jusqu’en février 2012, 63 classes provenant de 19 cantons différents y ont pris part.

Le projet

En général, quatre à six classes provenant de différents cantons et diverses régions linguistiques participent à une semaine-projet. Dans la phase préparatoire, les classes étudient les bases du système politique suisse et se préparent au jeu de rôle de Berne. Chaque classe récolte 100 signatures pour une initiative populaire fictive qu’elle soumet à la Chancellerie fédérale, et forme ensuite un parti politique, nécessairement fictif. A Berne, les initiatives sont traitées par les élèves d’abord dans leurs groupes parlementaires et leurs commissions respectifs, puis discutées au sein du Conseil national (fictif) qui les approuve ou les rejette. L’essentiel dans ce projet est que le jeu de rôle soit aussi proche de la réalité que possible. Le 23 février 2012, l’ancien conseiller fédéral Samuel Schmid a endossé pour la deuxième fois le rôle de représentant du Gouvernement suisse. Au cours de cette semaine-projet, les élèves ont pu se faire une idée des émotions qui secouent la politique, jeter un coup d’oeil derrière les coulisses du Palais fédéral, mais aussi rencontrer un vrai parlementaire de leur propre canton, participer à une visite guidée en ville de Berne, et aussi apprendre à connaître le système politique d’un autre pays en visitant une ambassade.

Du matériel pédagogique toujours à jour grâce à La Mobilière

Le matériel pédagogique est un facteur important dans la phase préparatoire dans les salles de classe, car il permet de mieux comprendre la semaine-projet de Berne et de bien la préparer. Afin que le matériel pédagogique soit toujours à jour, il a été retravaillé après les élections fédérales d’octobre 2011 et sera réédité en avril 2012 en trois langues. Cela n’est possible que grâce au soutien de La Mobilière qui financera ces moyens pédagogiques à hauteur de 40'000 francs provenant de la Fondation de jubilé de La Mobilière et qui prendra aussi en charge les coûts d’impression. Le 23 février, Urs Berger, président du Conseil d’administration, a remis un chèque à Dora Andres, présidente de l’association «Ecoles à Berne». Ainsi, tous les élèves participant à ces semaines-projet au cours des quatre prochaines années continueront de recevoir gratuitement les moyens pédagogiques.

Autres dates

Cette année, trois autres semaines-projet auront lieu en automne. Il reste encore de la place pour deux classes romandes, les autres places étant déjà prises. Les dates pour 2013 à 2015 peuvent être consultées sur le site d’Ecoles à Berne, les réservations pouvant se faire dès maintenant.

Le Groupe Mobilière

En Suisse, un ménage sur trois est assuré auprès de la Mobilière. Au 31 décembre 2016, les recettes de primes totales de l’assureur toutes branches s’élevaient à 3,630 milliards de francs. Présentes sur quelque 160 sites, 79 agences générales entrepreneuriales possédant leur propre service des sinistres offrent un service de proximité à 1,7 million de clients. La Mobilière Suisse Société d’assurances SA est domiciliée à Berne et la Mobilière Suisse Société d’assurances sur la vie SA à Nyon. Font en outre partie du Groupe: Mobilière Suisse Asset Management SA, Protekta Assurance de protection juridique SA, Protekta Conseils-Risques SA, Mobi24 Call-Service-Center SA et XpertCenter SA, ayant toutes leur siège à Berne, ainsi que Trianon SA, ayant son siège à Renens, et SC, SwissCaution SA, ayant son siège à Bussigny.

La Mobilière emploie en Suisse et dans la Principauté de Liechtenstein, ses marchés domestiques, plus de 4900 collaborateurs et offre 327 places d’apprentissage. Fondée en 1826 en tant que coopérative, elle est la plus ancienne société d’assurances privée de Suisse et n’a jamais changé de forme juridique.