mobi__icon--right Created with Sketch.

la Mobilière

Intempéries dans le Val-de-Ruz: les dommages se chiffreront en millions selon la Mobilière

Après les violents orages qui ont frappé vendredi soir le Val-de-Ruz, la Mobilière estime que les dommages occasionnés se chiffreront en millions de francs. Dès samedi, un inspecteur des sinistres s’est rendu dans les villages fortement touchés de Dombresson et de Villiers, afin d’apporter le plus rapidement possible l’aide de la Mobilière sur place.

Dans ces deux localités, la part de marché de la Mobilière dans les assurances ménage est de plus de 40%. L’assureur a reçu une centaine de déclarations de sinistre jusqu’à présent. L’eau est montée jusqu’à un mètre cinquante, endommageant dans la majorité des cas les voitures ainsi que les installations et les marchandises situées dans les logements et les caves.

Depuis samedi matin, un inspecteur des sinistres est sur place pour constater les dégâts et aider simplement et rapidement les personnes sinistrées avec une équipe de l’agence générale de Neuchâtel, dirigée par Pierre-André Praz. La Mobilière mise résolument sur une organisation de services de sinistres décentralisés, implantés dans ses 79 agences générales. Ces dernières connaissent en effet parfaitement les particularités de leur région et peuvent agir au plus vite en s’adaptant à la situation.

Dans le cas des intempéries survenues au Val-de-Ruz, entre 70 et 100 de litres d’eau au mètre carré sont tombés en l’espace de quelques heures, soit le volume de pluie enregistré habituellement en un mois. Ces quantités sont similaires à celles relevées le 8 juillet 2017, lors de l’événement extrême qui a frappé Zofingue. 

Depuis une trentaine d’années, les inondations se multiplient en Suisse. En tant que leader du marché dans les secteurs des assurances ménage et entreprise, la Mobilière est fortement concernée. C’est pourquoi elle a soutenu financièrement jusqu’à présent plus de 130 projets de prévention des dangers naturels dans toute la Suisse. Elle collabore en outre avec l’Université de Berne, où le Laboratoire Mobilière de recherche sur les risques naturels étudie les processus responsables de la formation de la grêle, des tempêtes, des inondations ainsi que les dommages qui en résultent. Le Laboratoire Mobilière veille également à la mise en œuvre de ces connaissances scientifiques dans la pratique.