Cargo sous terrain fait un grand bond en avant

Vendredi, 28. Septembre 2018

Grâce à la décision du Conseil fédéral d'aujourd'hui, la réalisation du système automatisé de transport de marchandises Cargo sous terrain (CST) se rapproche. La consultation annoncée par le Conseil fédéral sera le premier pas vers une loi fédérale CST. En parallèle du processus de consultation, CST poursuit le développement du projet. Selon un plan d'investissement défini par le conseil d'administration, l'actionnariat suisse continue d'être renforcé et le financement garanti.

Cargo sous terrain (CST) AG se réjouit que le gouvernement suisse veuille lancer la consultation portant sur la loi CST. Celle-ci est un préalable à la réalisation du nouveau système logistique global dont le début du chantier est prévu en 2025. La loi proposée fixera le cadre pour la construction du tunnel souterrain CST et des zones de transbordement en surface (hubs) et précisera la collaboration avec les communes et cantons participants. Elle apportera également aux investisseurs, venant exclusivement du marché, la sécurité juridique et de conception. Avec l'entrée en vigueur de la loi – CST prévoit une décision du Parlement  en 2020 – commencera la phase d'obtention du permis de construire pour le premier tronçon entre HärkingenNiederbipp et Zurich qui sera ouvert en 2030.

En novembre 2016, le gouvernement fédéral avait mentionné une série de conditions à respecter en vue du soutien du projet sur la voie législative. Parmi celles-ci était notamment mentionné le soutien par les cantons participants et l’attestation de financement de la phase d'obtention du permis de construire à hauteur de 100 millions CHF. La composition de l'actionnariat montre le soutien de la branche qui cofinance le projet et le fait avancer. CST reste en contact étroit avec les cantons qui bordent le premier tronçon partiel afin de pouvoir traiter en amont les questions relatives au projet, avant la réalisation prévue du système logistique global. Cela concerne notamment la liaison entre les hubs et l’actuel réseau des voies de communication, ainsi que la coordination avec l’aménagement cantonal du territoire. Cet échange s’effectue dans le cadre d'un groupe de travail incluant la Conférence suisse des directeurs cantonaux des travaux publics, de l'aménagement du territoire et de l'environnement (DTAP) et les organismes correspondants d’Argovie, Berne, Soleure et Zurich.

Majorité suisse dans l’actionnariat CST

 Les plans d’investissement de CST prévoient, pour la phase d’autorisation de construire, une proportion de 55 % d’investisseurs suisses dans le consortium. La Mobilière représente le principal actionnaire suisse. Les autres investisseurs suisses majeurs sont Coop, la Fédération des coopératives Migros, la Poste Suisse, Swisscom, la Banque cantonale zurichoise, Credit Suisse, l'entreprise de mécatronique Gotthard 3 (une entreprise du groupe Antrimon) et Helvetia Assurances. L’actionnariat largement diversifiée compte des investisseurs internationaux, comme le développeur européen d’infrastructures Meridiam et Dagong Global Investment Holding Group chinois, qui apportent à ce projet d’avenir une expérience solide et un savoir-faire spécifique. L’objectif de la participation minoritaire de Dagong est l’exportation de la technologie suisse vers la Chine – très intéressante pour elle. Le caractère suisse de l’entreprise CST reste ainsi préservé durant la phase d'obtention du permis de construire prévue dès 2020. Les coûts globaux de construction du premier tronçon partiel entre Härkingen-Niederbipp et Zurich, y compris logiciels, hubs, ainsi que véhicules souterrains et de surface (pour la City-logistique) sont évalués à 3 milliards CHF. 

Outre le système de tunnel, la distribution fine en ville (City-logistique) et la plate-forme IT constituent les moteurs essentiels de l’établissement de CST sur le marché. CST AG mise sur une réalisation accélérée de ces composants décisifs car ils recèlent un potentiel économique notable et garantissent une application réussie après l’entrée en vigueur de la loi CST. Avec une ouverture par étapes prévue dès 2030, le système logistique CST, comprenant à terme un réseau de 500 kilomètres de tunnels, 80 zones de transbordement de marchandises (hubs) et une City-logistique, approvisionnera d’ici 2045 quelque 10 millions de personnes en Suisse. « Nous nous réjouissons que la Confédération ait décidé d'ouvrir la consultation pour une loi CST. Nous sommes d’autant plus motivés pour poursuivre notre projet consistant à mettre à disposition de la Suisse et de ses centres urbains un système logistique global digne de l’ère numérique, aussi efficace que soucieux de l’environnement », affirme Peter Sutterlüti, président du conseil d’administration CST.