Innovation: économiser de l’énergie sous la douche

Mercredi, 6. Avril 2016

L'eau chaude est le deuxième poste le plus gourmand en énergie dans les foyers suisses. Gundula Heinatz et Verena Tiefenbeck mènent des recherches au laboratoire Mobilière d’analyse de données pour déterminer comment économiser l'énergie au quotidien.

Les Suisses sont-ils de gros consommateurs d'énergie?
Verena Tiefenbeck: Les Suisses consomment moins d'énergie que les Américains. Mais comparée aux pays pauvres, notre consommation est nettement plus élevée. En Suisse, la conscience écologique est certes importante et la volonté d'économiser l'énergie bien présente. Mais, dans la pratique, ça se complique.

Comment économiser l'énergie encore plus rapidement?
Verena Tiefenbeck: En informant les gens. Il faut mettre l'accent sur les domaines où les économies valent vraiment la peine. Par exemple, on économise beaucoup plus en baissant le chauffage qu'en débranchant son téléviseur pendant les vacances.

Que conseillez-vous pour réaliser simplement un maximum d'économies d'énergie?
Verena Tiefenbeck: On peut faire des économies avec des mesures très simples. Les choix faits pour les achats à long terme, comme la voiture, le frigo ou les matériaux de construction, influencent de manière décisive et sur plusieurs années notre consommation d'énergie. Autres possibilités: utiliser sa voiture uniquement si cela est vraiment nécessaire ou acheter local pour réduire les transports.

Gundula Heinatz: Bien isoler son logement permet aussi d'économiser l'énergie. Désormais, on peut régler son chauffage à distance avec son smartphone.

Amphiro, spin-off de l'EPFZ, a créé l'afficheur de douche. Cela vaut-il la peine d'économiser l'énergie sous la douche?
Gundula Heinatz: Oui, car l'eau chaude est en moyenne le deuxième poste le plus gourmand en énergie dans les foyers suisses.

Comment fonctionne cet afficheur de douche?
Verena Tiefenbeck: L'appareil s'installe entre le flexible et le pommeau de la douche. À la différence des pommeaux à économiseur d'eau, le système ne réduit pas automatiquement la consommation d'eau. Mais en donnant des informations, il crée une prise de conscience concernant l'énergie et l'eau consommée à chaque douche. La majorité des gens sont surpris quand ils réalisent ce qu'ils consomment et ils essaient ensuite de se doucher moins longtemps.

800 collaborateurs ont testé l'afficheur de douche. Quels sont les résultats?
Gundula Heinatz: Une économie d'un kWh par jour a pu être réalisée en moyenne avec chaque appareil, soit la consommation d'énergie d'un réfrigérateur familial. Les participants ont réduit en moyenne leur consommation d'énergie de 22%.

Admettons que les gens ne réduisent pas leur consommation d'énergie. Quelles pourraient en être les conséquences?
Verena Tiefenbeck: Je ne suis pas climatologue, mais j'imagine qu'une consommation d'énergie élevée contribue au réchauffement de la planète. La fonte des glaciers en est l'un des effets. Mais pour la plupart des gens, tout cela est bien lointain. On ne voit souvent que les aspects positifs de la consommation d'énergie, comme le confort, en oubliant l'impact à long terme. Dans les pays disposant de faibles réserves d'eau, une consommation d'eau élevée crée en outre une dépendance hydrique et les réserves existantes deviennent alors un enjeu politique.

Comment, selon-vous, économisera-t-on l'énergie à l'avenir?
Verena Tiefenbeck: C'est difficile à dire. Malgré les progrès techniques dans le secteur automobile ou du bâtiment, la consommation d'énergie n'a pas baissé ces dernières années. Les économies réalisées sont annulées par les surfaces toujours plus grandes des maisons et la multiplication des trajets en voiture. Reste à savoir si cette tendance va s'inverser. Les choses doivent fondamentalement évoluer pour qu'un jour les énergies renouvelables puissent couvrir nos besoins.

La Mobilière mène conjointement des recherches avec l'EPFZ. Pourquoi?
Gundula Heinatz: Parce que cela s'inscrit dans son engagement sociétal. Nous investissons dans la recherche pour contribuer au développement durable. Nous voulons mettre en avant le thème des économies d'énergie. Un foyer sur trois est assuré à la Mobilière. Cela représente un gros potentiel. Si, avec notre engagement, nous pouvions faire bouger les choses, ça serait formidable.

Et vous-même, comment économisez-vous l'énergie?
Verena Tiefenbeck: Je n'ai pas de voiture et je vais à mes rendez-vous à vélo ou en train. Je veille à acheter des produits locaux ayant nécessité peu de transport et, l'hiver je n'aère pas trop longtemps mon logement.

Gundula Heinatz: J'utilise des ampoules à basse consommation et des LED. J'ai installé un afficheur de douche et j'allume mes radiateurs en hiver uniquement, en veillant à ne pas trop chauffer. C'est ainsi que j'ai vécu un an et demi dans un appartement sans m'apercevoir que le chauffage était en panne. Mon mari et moi en rions encore!

Vous travaillez toute la journée sur un ordinateur qui consomme du courant. Cela ne heurte-t-il pas votre conscience écologique?
Verena Tiefenbeck: Certes, chaque appareil électrique augmente notre consommation énergétique. Mais, comparé à une chaudière par exemple, l'énergie consommée par un ordinateur portable est faible. De plus, organiser des conférences avec Skype sur mon laptop permet d'éviter des déplacements et donc d'économiser l'énergie. C'est pourquoi, il est difficile de comptabiliser de manière groupée la consommation d'énergie des différents secteurs.

Agée de 31 ans, Verena Tiefenbeck a suivi des études d'ingénieure en génie mécanique. Elle est à la tête du Bits to Energy Lab à l'EPFZ et vit à Zurich.

Gundula Heinatz Bürki est âgée de 46 ans et vit à Thoune. Elle a étudié les sciences informatiques et dirige le Laboratoire Mobilière d'analyse de données, qui explore le potentiel des grands volumes de données dans le secteur des assurances.

Ajouter un commentaire