Michel Gascard

Directeur de l’école-atelier Rudra-Béjart Lausanne - le tuteur

Formé par sa mère Colette Milner au Conservatoire de La Rochelle en France, Michel Gascard,  premier lauréat du Prix de Lausanne 1973 à l'âge de 16 ans, rejoint l'école de Maurice Béjart Mudra à Bruxelles.
A la fin de sa première année à l'école Mudra de Bruxelles ( le cursus de l'époque est de trois ans ), il intègre la compagnie "Ballet du XXième siècle". Il n'a que 17 ans en septembre 1974.

Plongeur expérimenté

Plongeur expérimenté qui a exploré tous les océans, il n'a jamais cessé de développer son corps et son esprit par le sport ( natation, ski, randonnée de haute montagne, ...)
La résistance physique et l'épanouissement qu'il a ainsi développés inspirent Maurice Béjart qui créé pour lui de longs solos et des rôles qui tiennent la scène tout le spectacle.
Comme sa grand-mère maternelle, pianiste concertiste et élève d'Igor Stravinsky à la Schola Cantorum à Paris, il est doué d'un grand sens musical;  Maurice Béjart en dit volontiers qu'il est son " oiseau de feu le plus musical ".
 
Il utilise également le travail de sa voix classique de Ténor pour le faire chanter. 
Il est confronté, dès son plus jeune âge, aux grands artistes de son époque : Pas-de-deux avec Jorge Donn en décembre 1974, mise en scène avec Robert Hirsch de la Comédie Française, Gianni Versace coud sur lui le pantalon rouge du rôle de Dionysos, ... .
 
Il se glisse chaque jour à la barre entre Paolo Bortoluzzi, Jorge Donn, Rudolf Noureev, Michael Barishnikov, Vladimir Vasiliev et Fernando Bujones, cumule les cours de l'école Mudra, ceux du Ballet du XXième siècle et des grands professeurs de Paris et New York.

Pendant 20 ans avec le Ballet du XXe siècle, il parcourt le monde…

Pendant 20 ans avec le Ballet du XXième siècle, il parcourt le monde et les scènes mythiques ( Scala de Milan, Fenice de Venise et sur la Piazza San Marco, Opéra de Paris, Comédie Française, Bolshoi, Kirov, Kremlin, San Carlo, Covent Garden, Deutsche Oper - Berlin, Theatre Colon de Buenos Aires, etc.) 
Il participe plusieurs années de suite au Gala des Etoiles à Tokyo, galas qui réunissent les plus grands noms de la danse mondiale du XXe Siècle : Sylvie Guillem, Monique Loudières, Noëlla Pontois, Eva Evdokimova, Isabelle Guérin, Dominique Khalfouni, Patrick Dupont, Cyril Atanassoff, Fernando Bujones, Marcia Haydée, Richard Cragun, Vladimir Derevianko, Manuel Legris, Peter Schaufuss... .
 
Son nom apparait dans le classement mondial des 100 meilleurs interprètes de l'histoire de la danse du XXe siècle.

Maurice Béjart crée pour lui de nombreux rôles dans divers ballets.

Changement en 1993

C'est en 1993 qu'il met un terme à sa carrière de danseur, alors qu'il est toujours soliste de la compagnie de Maurice Béjart, récemment installée à Lausanne en Suisse sous le nouveau nom de Béjart Ballet Lausanne.
L'école Rudra Béjart existe depuis un an seulement et il en est le directeur-adjoint.
Maurice Béjart lui enseigne les fondements de la direction d'une école et lui laisse les rennes de "Rudra".
Cette autonomie de fait renforce Michel Gascard dans sa conviction qu'il a fait le bon choix :
Il laisse derrière lui les lumières des scènes internationales et les standing ovations pour devenir l'artisan de l'invisible: le pédagogue.

En plus de ses fonctions de directeur de l'Ecole-Atelier Rudra Béjart, Michel Gascard enseigne la danse classique et remonte les chorégraphies de Maurice Béjart dans le monde entier.


Nommé directeur de l'école-atelier Rudra Béjart Lausanne en 2007

Peu avant de disparaitre, Maurice Béjart demande à Michel Gascard de devenir membre de sa fondation héritière. En 2007, après 35 années de collaboration étroite avec Maurice Béjart , celui-ci le nomme par voie testamentaire directeur de l’école-atelier Rudra Béjart.
Il y enseigne la danse classique et le répertoire de Maurice Béjart sous la forme d'études chorégraphiques.
C'est également à cette période qu'il décide de protéger cette "donation pédagogique" et qu'il en achète le nom de la marque.

Il transmet le répertoire de Maurice Béjart sous deux formes :

- En tant qu'ateliers chorégraphiques pour les élèves du Rudra Béjart
- En remontant des oeuvres complètes pour des compagnies professionnelles qui en ont acheté les droits auprès de la Fondation héritière "Maurice Béjart".
 
C'est ainsi qu'il a remonté "Le sacre du printemps", "Sept danses grecques", "Le ring", "Petrouchka", " Don Giovani", "L'oiseau de feu", "Boléro",  "Sonate à trois", ... pour des compagnies aussi diverses que le Béjart Ballet Lausanne, Le Ballet de l'Opéra de Paris, la Scala de Milan, le Deutsche Oper - Berlin, le Royal Ballet de Suède, le Tokyo Ballet, le Ballet National de Chine, ... .

Michel Gascard est marié et père de deux enfants.
Sa femme, Valérie Lacaze, est chorégraphe; Loan, son fils aîné, dirige une entreprise qui crée des jeux vidéos à Los Angeles; son fils cadet Ylian a décidé d'embrasser la carrière de danseur et a commencé ses classes en 2015.

L'école-atelier Rudra Béjart Lausanne

"Rudra est aussi un mode de vie intellectuel et moral. Une façon d'exister par rapport au monde moderne où le jeune danseur prend une place sociale dans l'univers. A une époque de relâchement et de permissivité, il est important d'avoir des êtres humains qui, sans être agressifs, ont une réelle volonté d'affronter le combat de la vie." Maurice Bejart

" Résolument tournée vers l'avenir, l'école Rudra Bejart offre gratuitement à ses étudiants la possibilité de se former à la danse d'aujourd'hui et d'innover pour inventer la danse de demain ". Michel Gascard