Résumé de l’exercice

La croissance du Groupe Mobilière est restée supérieure à celle du marché. Bouclant l’exercice 2016 sur un bénéfice de 439,5 millions de CHF, nous affichons de nouveau un excellent résultat. Pour que notre succès se maintienne, nous misons sur la numérisation.

La numérisation, l’intensification de la concurrence et le renforcement de la réglementation sont autant de facteurs qui marquent le marché suisse des assurances de leur empreinte. Formant l’un des piliers du secteur financier, les assurances contribuent de manière déterminante à la performance économique et à la prospérité du pays. La création de valeur brute réelle de la branche a plus que doublé depuis dix ans. Aujourd’hui, la part des assureurs à l’ensemble du secteur des services financiers s’élève à 43%. Si l’on y ajoute les services directement ou indirectement connexes aux assurances, on arrive à plus de 5,5% de la création de valeur brute totale du pays. En 2016, se chiffrant à 3,965 milliards de CHF, la contribution de la Mobilière à cette création de valeur a de nouveau atteint un niveau élevé.

Dans les affaires non-vie, nos produits et services ont maintenu leur excellente position sur le marché. Le volume des primes a progressé de 3,1%, affichant ainsi de nouveau une croissance nettement supérieure à celle de l’ensemble du marché (1,1%). Nous sommes en outre parvenus à étendre cette croissance à tous nos secteurs d’affaires stratégiques. Plus de la moitié de l’augmentation des recettes de primes provient des affaires avec les particuliers. La sinistralité est légèrement inférieure à la moyenne des dix dernières années.

Sur le marché vie, nous avons confirmé notre position de leader de la réassurance d’institutions de prévoyance et de l’assurance risque décès pour particuliers. En prévoyance privée, le grand succès de nos produits à primes périodiques ne s’est pas démenti, avec une croissance nettement supérieure à celle du marché. En prévoyance professionnelle, le volume des primes s’est inscrit en légère hausse par rapport à l’exercice précédent, grâce à la progression des affaires à prime unique. Du côté des charges, nous avons enregistré une augmentation des prestations pour décès et invalidité.

Sur le plan financier, l’exercice 2016 a été marqué par la volatilité des marchés et par des impondérables d’ordre politique. À peine l’exercice avait-il débuté que les craintes d’un ralentissement de la croissance chinoise tiraient les marchés des actions vers le bas. Le non inattendu de la population britannique à l’Union européenne, en juin, puis l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, en novembre, ont aussi eu un impact négatif sur les marchés financiers, même s’il n’a pas duré. Grâce à la politique monétaire expansionniste des banques centrales et à la faiblesse des taux d’intérêt, la volatilité des marchés des actions s’est dans les deux cas rapidement résorbée. La crise conjoncturelle tant redoutée a par ailleurs largement épargné la Suisse, qui a enregistré une modeste croissance malgré le franc fort.

Dans ce contexte, la contribution des opérations financières au résultat a atteint 373,5 millions de CHF. La forte progression de 59,0% par rapport à l’exercice précédent découle principalement du résultat des placements en or, en hausse de 64,5 millions de CHF. Miser sur différentes catégories de placement nous a donc bien réussi en 2016.

Le bas niveau persistant des taux d’intérêt et l’augmentation régulière de l’espérance de vie ont des conséquences importantes sur les engagements en matière de rentes. C’est pourquoi, au moment de porter ces engagements dans leur bilan, nos institutions de prévoyance ont abaissé leur taux d’intérêt technique, qui est passé de 2,25% à 1,75% avec effet à fin 2016. Afin de soutenir les mesures structurelles qui en découlent, le Conseil d’administration a versé aux caisses de pension un apport volontaire de 71,7 millions de CHF au total. Cet apport permettra de financer les rentes en cours en évitant qu’elles ne doivent être subventionnées par les cotisations des assurés actifs.

En 2016, nous avons poursuivi la numérisation et l’automatisation de nos processus métiers. La Mobilière n’en demeure pas moins l’assureur suisse à visage humain, centré sur la qualité de la relation avec ses clients. Les progrès de l’électronique offrent simplement à ces derniers le choix du canal par lequel s’adresser à nous. Pour le reste, nos agences générales continuent à garantir un suivi individuel de proximité, en toute simplicité. Largement éprouvé, notre modèle d’affaires reste donc le même et seuls les processus sont renouvelés. Nous avons en outre rafraîchi notre identité visuelle à la faveur du projet «Brand Refresh», qui visait à assurer le passage de notre marque faîtière à l’ère du numérique, tout en la renforçant. De plus, depuis environ un an, sur le site de Direction de Berne, quelque 200 collaborateurs de divers secteurs travaillent dans un nouvel environnement estampillé «work @ mobi». Ce nouvel espace leur permet de fournir leurs prestations dans des conditions idéales. Ils y travaillant en équipes interdisciplinaires et ont des échanges quotidiens entre services et échelons hiérarchiques, à la recherche de solutions communes. Ce concept sera étendu à tous les bâtiments de Berne, Zurich et Nyon d’ici à 2020.

Durant l’exercice sous revue, nos investissements dans des projets ont atteint quelque 121 millions de CHF au total, dont 90% consacrés à des innovations dans notre cœur de métier. Pour pérenniser le succès de notre modèle d’affaires, nous modernisons continuellement nos systèmes informatiques, nos outils de travail et nos processus. Nous avons aussi affecté des sommes importantes à la numérisation des accès clients et à la sécurité des données. En parallèle, nous investissons dans des projets particuliers destinés à tester des modèles d’affaires originaux, qui pourraient se révéler porteurs à plus ou moins long terme. Appelés «vedettes rapides», ces modèles souples et réactifs ont un caractère expérimental. En 2016, nous avons par exemple développé l’application «FindMe», à laquelle peuvent être connectés des objets mobiles non branchés sur le secteur, comme des sacs, des laptops ou des vélos. En cas de perte ou de vol de ces objets, l’appli aide les utilisateurs à les retrouver rapidement.

De plus, nous achetons des entreprises ou des parts d’entreprises dont les revenus proviennent essentiellement d’activités numériques. Début 2016, nous avons acquis Trianon SA, une société suisse leader de la gestion de caisses de pension et de la gestion administrative du personnel, présente dans la région de Lausanne et à Zurich. Depuis début 2017, suite au rachat de Treconta SA, une autre société de gestion de caisses de pension, Trianon dispose aussi d’un troisième point d’appui dans la région de Berne. Au printemps 2016, nous avons pris une participation de 50% dans Scout24, qui contrôle le principal réseau suisse de places de marché en ligne dans les domaines de l’automobile, de l’immobilier et des petites annonces. Enfin, en automne, nous avons repris SwissCaution SA, leader de la garantie de loyer sans dépôt bancaire pour particuliers et entreprises. Ces investissements nous permettent de préparer activement notre avenir numérique, tout en proposant de nouveaux services à nos clients.

Grâce à sa base coopérative, à son indépendance et à sa solidité financière, la Mobilière peut exercer ses responsabilités entrepreneuriales et sociétales en suivant sa propre voie et s’engager dans les domaines les plus divers. L’ iconographie du présent rapport de gestion donne un aperçu de nos engagements culturels, écologiques et sociaux uniques en leur genre, que nous ne cessons de renforcer dans toute la Suisse depuis plusieurs années.

Désormais, 1,7 million de clients – particuliers et entreprises – nous accordent leur confiance, ce dont nous les remercions chaleureusement. Nous nous réjouissons de continuer à les faire participer à notre succès. Nos remerciements vont aussi à tous nos collaborateurs pour leur engagement et leur savoir-faire, qui nous ont de nouveau permis de réaliser un excellent exercice.


Urs Berger                                                    Markus Hongler
Président du Conseil d’administration         CEO