Depuis 2000

La Mobilière fête son 175e anniversaire, surmonte la crise avec succès et investit dans l’avenir. Les évolutions récentes de la Mobilière. 

Pour le Groupe Mobilière, le 21e siècle a commencé sous les meilleurs auspices, avec une restructuration finalisée avec succès en 2000. Une tendance se fait sentir concernant les dommages naturels qui deviennent de plus en plus fréquents et étendus. 

En 2001, la Mobilière fête son 175e anniversaire et organise une grande soirée avec les collaborateurs à cette occasion. En 2001 et 2002, la crise financière touche le monde entier et la Mobilière enregistre des résultats d’exploitation négatifs. Malgré une augmentation du volume des primes, les frais inhérents aux dommages et un résultat financier décevant pèsent lourd sur l’entreprise.

Dès 2002, les opérations de Providentia se concentrent, dans le domaine de la prévoyance professionnelle, sur la réassurance d’institutions de prévoyance pour le personnel. A l’automne 2002, elle lance pour la première fois un produit de fonds de placement sous le nom MobiFonds.

A partir de 2003, Urs Berger dirige les opérations de la Mobilière. Son prédécesseur, Albert Lauper prend la présidence du conseil d’administration. Après deux années de résultats d’exploitation négatifs, la Mobilière se réorganise et simplifie sa structure de direction, intègre le domaine des assurances vie, et réduit le nombre de postes ainsi que son réseau de distribution. Son réseau d’agences n’en demeure pas moins le plus dense de Suisse. Grâce à ces mesures, à une reprise sur les marchés financiers et à l’absence de grands dommages naturels, la Mobilière retrouve le chemin du succès.

Pendant toute la période à partir de 1998/1999, une répartition sur fonds d’excédents a lieu chaque année en faveur des clients privés ou commerciaux – atteignant 144 millions en 2015 – mais il faut y renoncer en 2003/2004.

Le 1er septembre 2003, on lance la MobiCasa Multirisk, une offre d’assurance ménage innovante, regroupant en une seule police l’inventaire du ménage, la responsabilité civile privée, le bâtiment, les objets de valeur et la protection juridique en matière contractuelle, ainsi que d’autres services et prestations pour les assurés. Le concept modulaire est étendu à d’autres offres.

L’exercice 2004 se conclut sur un bilan positif. La Mobilière fonde alors l’Xpert Center SA, un centre de compétences spécialisé dans l’expertise et le traitement des sinistres, offrant également des prestations à des tiers.

En 2005, Providentia devient la Société Suisse d’Assurances sur la Vie, abrégé en Mobilière Vie. Le siège central demeure à Nyon.

Les fortes précipitations d’août 2005 entraînent de vastes inondations, les plus importantes depuis celles de la Pentecôte 1999. Les principales régions touchées sont le centre du pays, l’Oberland bernois ainsi que la ville de Berne, mais aussi d’autres zones situées le long de cours d’eau. Rien que pour la Mobilière, ces inondations entraînent quelque 16 000 déclarations de sinistre, et des dépenses brutes en conséquence s’élevant à environ 485 millions de francs – de loin le plus grand évènement dommageable dans les 175 années d’existence de la Mobilière.

Avec 10 millions de francs dans son fonds d’excédents, la Mobilière décide d’apporter son soutien à des mesures et projets concrets venant des communes pour la prévention des dangers naturels.

En 2006 commence une phase durable de croissance continue sur le marché. Le Groupe Mobilière met à jour sa conception directrice: elle réaffirme et ancre ses valeurs coopératives. La société étaye financièrement les caisses de pension du groupe. Pour la première fois depuis longtemps, elle crée de nouveaux emplois, 65 au total.

Les premiers projets de prévention se terminent avec succès dès 2006 et d’autres sont intégrés dans l’évaluation. Jusqu’en 2015, 87 projets sont ainsi cofinancés.

En 2007, la Mobilière dépasse l’objectif de résultat de l’exercice précédent et gagne des parts de marché. On pose des jalons importants pour la distribution multicanaux: la Mobilière veut être à la disposition de ses clients 24 heures sur 24, sur tous les canaux, tout en garantissant un accompagnement personnel à travers l’agence générale locale. Il est déjà possible de calculer des primes et de souscrire certaines offres en ligne. Dans les années à venir, la présence sur Internet évoluera continuellement en tant que canal de distribution et les services en ligne sont développés. Une expansion en parallèle des capacités de Mobi24 permettra de toujours mieux soutenir les agences générales en dehors des heures d’ouverture.

La campagne des croquis de sinistre fête ses dix ans en 2007 et se voit élue «campagne de l’année» par un large public. Les spots publicitaires «Chère Mobilière» connaissent également un grand succès: un concours international classe le spot «Photographe» parmi les 75 meilleurs au monde.

La crise économique de 2008 entraîne un écroulement historique des cours en bourse. Les opérations d’assurance continuent de bien se dérouler mais le résultat financier bascule dans le négatif.

En 2009, la Mobilière connaît une croissance sur le marché pour la cinquième année consécutive, enregistrant un bénéfice de 393,5 millions de francs (contre 27,6 millions pour l’exercice précédent). Même la plus forte grêle dans l’histoire de la Mobilière ne parvient pas à obscurcir le tableau. On introduit l’assurance animal domestique, et les grands projets informatiques se situent au cœur des investissements de la Mobilière.    

En 2010, le système d’information géographique de la Mobilière MobiSIG décroche le prix de l’innovation de l’assurance suisse; MobiSIG associe cartes des dangers et objets assurés, permettant ainsi les analyses et prévisions. Le succès continuel du modèle commercial fait son effet: la Société suisse du marketing décerne son prestigieux prix GfM à la Mobilière. Les lectrices et lecteurs du magazine K-Tipp attribuent le Prix K-Tipp à la Mobilière.

Malgré plus de 100 millions de francs de dommages dus aux forces de la nature et un climat pesant sur les marchés financiers, la Mobilière présente un excellent bilan annuel en 2011. Lors de l’assemblée des délégués le 26 mai 2011, Albert Lauper passe la main en tant que président du conseil d’administration, après huit années dans cette fonction. Pour le remplacer, l’assemblée élit Urs Berger, qui laisse donc son poste de CEO à son successeur, Markus Hongler.

L’année 2012 est marquée par des dommages considérables causés par le gel et les intempéries, d’importants sinistres incendie et des prestations élevées d’assurances incapacité de gain.  La Mobilière connaît une croissance deux fois plus forte que celle du marché. Dans les affaires non-vie, la Mobilière affiche même des résultats trois fois supérieurs à la moyenne de la branche. Les mesures structurelles sont financées par les dotations extraordinaires aux caisses de pension des collaborateurs, s’élevant à 190 millions de francs. L’assurance ménage acquiert un nouveau module d’assurance des bâtiments.

La Mobilière conclut un accord de coopération avec la caisse-maladie Concordia et reprend un portefeuille d’actions de 11,35% à la Nationale Suisse, avec laquelle la société collabore déjà pour les expertises de sinistres.

Les prestations supérieures à la moyenne offertes par la Mobilière lui confèrent une image positive: l’institut d’étude de marché GfK classe la Mobilière au 17e rang (meilleur assureur) de son index de réputation; obtenant la distinction «Most Trusted Brand», elle demeure en 2012 l’assureur en qui les consommateurs ont le plus confiance. Avec une valeur de marque de 241 millions de francs, elle figure parmi les 50 marques les plus cotées de Suisse.

En 2012, Mobilière Suisse Asset Management SA devient une société de direction de fonds. A partir de 2013, la Mobilière gère elle-même le MobiFonds: elle est active dans tout ce qui porte son nom. En parallèle, Mobilière Vie développe de nouveaux produits d’épargne innovants pour compléter sa gamme d’offres.

La Mobilière conclut avec la Nationale Suisse un accord de collaboration pour l’assurance d’œuvres d’art sur le marché suisse. Par la même occasion, elle augmente sa participation à la Nationale Suisse à 19,17%. Elle revend ses parts en 2014.

1,7 millions de particuliers et d’entreprises font confiance à la Mobilière. On teste de nouvelles technologies et modèles commerciaux, et on fait avancer le passage au numérique. Avec un résultat remarquable en 2014, la Mobilière perpétue l’histoire de son succès. On publie pour la première fois un rapport de durabilité qui met en évidence, dans le détail, l’engagement accru et étendu de la Mobilière dans la société. 

En 2015, la Mobilière poursuit sa croissance dans un contexte difficile sur le plan financier. Dans le secteur de la prévoyance privée, elle lance sur le marché une nouvelle assurance épargne avec participation au rendement transparente. Afin d’élargir son offre dans le domaine de la prévoyance professionnelle, la Mobilière décide de racheter Trianon SA. Cette entreprise suisse, qui compte 120 collaborateurs à Renens et à Zurich, est leader dans les secteurs de la prévoyance professionnelle et de la gestion des ressources humaines. En janvier 2016, elle est intégrée en tant que filiale dans le Groupe Mobilière.

Les processus de numérisation se poursuivent: grâce à un portail clients élargi et à des fonctionnalités accessibles via une application, les clients se voient offrir plus de possibilités pour déclarer un sinistre ou envoyer des demandes. En interne, on continue d’investir dans le renouvellement des systèmes. À cela s’ajoutent de nombreux projets individuels innovants, le développement du réseau de distribution sur tous les canaux ainsi que l’introduction de concepts de bureaux ouverts, créatifs et novateurs.