Zwei Frauen im Wald bei einer Joggingpause
Guide

Comme un roc dans la tourmente

Qu’est-ce qui caractérise les individus particulièrement doués pour affronter les crises et les situations de stress? Le mot magique est «résilience». Cette capacité d’adaptation peut faire l’objet d’un entraînement spécifique. Nous vous expliquons comment procéder.

La résilience – un terme technique désignant l’aptitude à résister à un choc psychologique – n’est pas un remède miracle capable de vous protéger contre des crises personnelles ou professionnelles ou d’empêcher un stress excessif. Néanmoins, les personnes résilientes gèrent mieux ces situations, restent positives et conservent leur capacité d’action. Elles peuvent même utiliser les crises et les revers pour mieux rebondir.

Une conjonction de points forts

«La résilience est le résultat de l’interaction de plusieurs facteurs», explique Bianca Buser, spécialiste de la gestion de la santé en entreprise chez XpertCenter, une filiale de la Mobilière. Selon elle, les qualités déterminantes sont l’optimisme, l’efficacité personnelle, l’acceptation, la volonté de trouver des solutions, le soutien social, une vision tournée vers l’avenir et la flexibilité cognitive, à savoir la capacité d’adopter un angle de vue différent, de prendre de la distance ou de tirer les leçons d’une situation donnée.

Le stress entraîne des coûts élevés

Ces facteurs de résilience protègent également l’individu contre les effets négatifs du stress qui, selon l’indice du stress au travail 2018 de Promotion Santé Suisse, touche environ un quart de la population helvétique dans son environnement professionnel. Le stress chronique se manifeste tant sur le plan mental que physique: il rend les gens malades et leur enlève la joie du travail. Son impact sur l’économie est considérable, puisque la perte de productivité des entreprises suisses est estimée à plus de 6,5 milliards de francs par an.

Le fardeau s’alourdit

Au fil des entretiens avec les membres du personnel, Bianca Buser a identifié des situations typiques génératrices de stress:

  • Augmentation de la pression: dans le monde professionnel comme dans la vie privée, il faut faire toujours plus en toujours moins de temps. Les exigences sont élevées – celles de l’extérieur, certes, mais aussi celles que l’on s’impose à soi-même. L’urgence et le multitâche s’érigent en norme. Au réveil déjà, la tête est pleine de toutes les tâches que l’on devra accomplir au cours de la journée.
  • Imprévisibilité: de nombreuses personnes éprouvent des difficultés à planifier de manière fiable certaines tâches ou activités. Notre époque est caractérisée par une grande incertitude et par des changements incessants: on ne sait pas aujourd’hui ce que demain nous réserve. Et la crise du coronavirus ne fait qu’accentuer cette tendance.

Comment développer sa résilience?

Les entreprises peuvent soutenir leurs employés et les aider à mieux gérer ce genre de situations et d’émotions. Dans le cadre de la gestion de la santé en entreprise, Bianca Buser conseille les entreprises sur le thème de la promotion de la résilience et les accompagne – entre autres – par des présentations et des ateliers sur la santé mentale. Elle est catégorique: «La résilience, ça s’apprend! On peut l’entraîner comme un muscle: plus on fait de l’exercice, plus les effets sont importants.» Et elle nous explique comment y parvenir. Vous trouverez ci-après un résumé de ses conseils et une sélection d’exercices permettant d’améliorer sa résilience.

basic_checklist

7 conseils pour accroître votre résilience

1. Gérez vos émotions

Éprouver de la colère est un sentiment très humain. Essayez toutefois de comprendre l’origine de ces émotions. Que pouvez-vous faire pour surmonter plus rapidement un accès de colère?

2. Contrôlez vos pulsions

Efforcez-vous de contrôler vos pulsions, non seulement dans les situations de stress, mais aussi dans la vie quotidienne. Planifiez par exemple les travaux désagréables en début de matinée. Concentrez-vous sur l’exécution de ces tâches en vous focalisant sur les objectifs visés – sans vous laisser distraire. À la mi-journée, vous aurez déjà un sujet de satisfaction et serez débarrassé des pensées négatives. 

3. Faites preuve d’empathie

Tentez de comprendre les pensées et les sentiments de vos interlocuteurs. Vous serez ainsi mieux à même d’apprécier leur comportement et de chercher ensemble des solutions. Favoriser l’empathie prévient la violence.

4. Acceptez l’immuable

Les situations difficiles font partie de la vie. Certaines choses ne peuvent tout simplement pas être changées. L’acceptation et le lâcher-prise permettent de retrouver la sérénité et de consacrer son énergie à des choses sur lesquelles on a réellement prise.

5. Croyez en vous-même

Vous sentez-vous facilement victime? Reprenez le contrôle de votre vie. Ayez foi en vous-même et en vos capacités. Vous aurez ainsi la force de transformer positivement votre regard sur vous-même et sur votre environnement.

6. Faites preuve d’optimisme

Concentrez-vous sur les aspects positifs de votre vie – sans enjoliver ou banaliser la situation. 

7. Fixez-vous des objectifs

Définissez des objectifs clairs et réalisables et poursuivez-les pas à pas. Le fait d’atteindre des objectifs intermédiaires plus modestes sur la voie de la réalisation vous apportera soutien et motivation. Les revers font partie du jeu. Ne vous découragez pas.

Exercices destinés à renforcer le muscle de la résilience

Ces trois exercices simples et rapides vous permettront d’augmenter efficacement votre capacité de résistance.

Auteur:

Bianca Della Giacoma
Spécialiste Gestion de la santé en entreprise, XpertCenter, Berne

 

Porträt Bianca della Giacoma