Préparer au mieux son congé non payé

Tout ce à quoi vous devriez penser lorsque vous planifiez un congé sabbatique ou un voyage autour du monde

Vous envisagez une longue pause professionnelle à l’étranger? Ce projet passionnant promet d’être une belle aventure pour laquelle il vous faut toutefois penser à mille et une choses: planification du voyage, financement, couverture d’assurance, etc. Découvrez comment vous préparer, notamment au moyen d’une liste de contrôle.

Passer l’hiver sous les palmiers plutôt que sous la neige ou vivre un an à l’étranger? Aujourd’hui, nombreux sont ceux à mettre leur carrière professionnelle entre parenthèses en s’accordant une pause prolongée. En fonction de la durée du séjour, un congé non payé ou un congé sabbatique s’impose. Quelle est la différence? Un congé sabbatique dure généralement un an ou plus. Contrairement au congé non payé, le versement du salaire n’est pas complètement suspendu.

Qu’elle dure quelques mois ou une année entière, une longue pause professionnelle doit être bien préparée:

 

Planifiez bien votre voyage pour partir en toute sérénité

Comme chacun le sait, bien planifier, c’est déjà la moitié du travail effectuée. Réfléchissez suffisamment tôt aux pays que vous voulez visiter et à l’itinéraire que vous comptez suivre lors de votre pause professionnelle.

Combien de temps avant le départ devrais-je commencer à planifier?

Si vous envisagez de partir plus de trois mois, l’idéal est de commencer à planifier environ un semestre avant le départ. En règle générale, le plus tôt est le mieux.

Comment aborder la planification du voyage?

Si vous passez par une agence de voyages, celle-ci vous déchargera de certaines tâches liées à l’organisation. Cette prestation a toutefois un prix.

Si vous organisez votre voyage vous-même, il vaut la peine d’établir votre propre liste de contrôle. Notez les petites choses auxquelles vous devez penser avant votre départ. Attribuez des délais aux différentes tâches afin de ne pas rater des échéances importantes telles que des demandes de visa, des vaccinations, etc. Vous pouvez vous appuyer sur cette liste de contrôle.

Vous trouverez ici de plus amples informations pour planifier votre voyage sans stress. 

Survol des assurances

Même en vacances, il est essentiel d’avoir la bonne couverture d’assurance. Occupez-vous-en suffisamment tôt. Avant de partir, vérifiez de nouveau que toutes vos primes seront réglées à temps pendant votre absence. Sinon, vous risquez de ne pas bénéficier de l’intégralité de votre couverture d’assurance.

1. Assurance maladie et accidents

Si vous êtes salarié, vous bénéficiez généralement de l’assurance accidents de votre employeur (ce n’est pas le cas si vous exercez une activité indépendante). En règle générale, le risque maladie est couvert par l’assurance obligatoire des soins d’une assurance maladie. Mais une absence prolongée peut être source de lacunes de couverture. Celles-ci sont simples à identifier et à combler:

Assurance maladie à l’étranger

Pour un long séjour, il est impératif de conclure une assurance maladie à l’étranger. Vous pouvez le faire auprès de votre caisse-maladie mais également auprès d’un assureur voyages. Elle vous offre une protection à long terme à l’étranger qui est couverte par l’assurance maladie obligatoire de votre pays.

L’assurance obligatoire de base inclut une protection à l’étranger pour les pays de l’UE et de l’AELE. Elle prend en charge les frais de guérison jusqu’à concurrence du double de ce qu’aurait coûté le même traitement en Suisse. Notez toutefois que dans les pays où le système de santé est coûteux comme aux États-Unis, au Canada ou en Australie, les versements de l’assurance maladie obligatoire ne suffisent souvent pas à couvrir les frais occasionnés.

Assurance accidents

Si vous êtes salarié, vous bénéficiez de l’assurance accidents professionnels et non professionnels de votre employeur (si vous travaillez plus de huit heures par semaine pour le même employeur). Dans votre police d’assurance maladie privée, elle est indiquée comme étant «suspendue» (en pause). L’assurance accidents obligatoire dont vous bénéficiez par le biais de votre employeur s’éteint 31 jours après le dernier jour de travail ou le dernier versement du salaire. Pour prolonger cette protection, vous pouvez soit conclure auprès de l’assurance accidents de votre dernier employeur une assurance par convention pour une durée maximale de six mois, soit réintégrer la protection contre les accidents suspendue dans votre assurance maladie privée.

2. Assurance voyages

Lorsque vous faites votre réservation en agence, vous pouvez conclure des assurances voyages. Dans ce cas, pourquoi vaut-il la peine de conclure l’assurance voyages auprès d’un assureur? Contrairement aux couvertures à court terme, les assurances voyages à long terme incluent non seulement des prestations complémentaires importantes mais aussi plus d’avantages. Découvrez-les ici.

3. Indemnités journalières en cas de maladie et prévoyance

Si votre pause dure plus d’un mois, vous devriez également réfléchir aux indemnités journalières en cas de maladie et à la prévoyance. Vous éviteriez ainsi des lacunes de cotisation qui vous poseraient problème par la suite.

Indemnités journalières en cas de maladie

Si vous prenez un congé non payé, votre droit au maintien du paiement du salaire ou à des indemnités journalières en cas de maladie s’éteint. Si votre employeur a une assurance indemnité journalière maladie, la couverture d’assurance peut aussi être maintenue pendant le congé non payé, selon le prestataire qui la propose. Clarifiez ce point avec votre employeur.

Prévoyance

Si votre pause dure plusieurs mois, voire plusieurs années, vous devriez vous pencher sur les questions de caisse de pension, d’AVS et d’AI afin d’éviter des lacunes de cotisation. Si vous concluez des contrats de prévoyance dans le pilier 3a, vous devez verser des cotisations mensuelles ou annuelles. Il vaut donc la peine de mettre bien à l’avance les montants correspondants de côté. N’attendez pas pour discuter avec votre conseiller en assurances des conséquences de votre pause professionnelle sur votre prévoyance et des possibilités qui s’offrent à vous. 

Financez votre pause professionnelle

Il existe plusieurs manières de financer votre congé sabbatique. Les choix dont vous disposez dépendent de votre employeur. Les trois cas de figure suivants sont fréquents:

  • Vous prenez un congé non payé.
  • Vous accumulez des heures supplémentaires / vacances.
  • Vous renoncez au préalable à une partie de votre salaire et vous touchez le salaire restant durant votre congé sabbatique.

Si vous prenez un congé non payé et, par conséquent, financez vous-même votre pause, il ne faut pas négliger le thème de l’argent. Pensez aux frais fixes auxquels vous devrez faire face pendant votre absence:

  • Frais de logement: hypothèques ou loyer
  • Assurances en cours et institutions de prévoyance
  • Frais de voyage et de restauration
  • Frais de consommation d’énergie, de chauffage, de téléphone

Cette liste n’est pas exhaustive. Établissez votre propre récapitulatif des coûts et intégrez ces frais fixes à votre budget vacances. Ainsi, vous serez à l’abri financièrement pendant votre pause. 

Sous-louez votre logement pendant votre absence

Sous-louer votre logement pendant votre voyage permet de réduire vos frais fixes. À quoi devez-vous faire attention?

  • Obtenir le consentement du bailleur
  • Conclure un contrat de sous-location écrit avec le sous-locataire:
    • Durée
    • Loyer
    • Identité et nombre de sous-locataires
    • Nombre de pièces utilisées par le sous-locataire
    • Possibilité d’utilisation partagée de vos meubles et d’autres objets
    • Préavis (le contrat de sous-location peut être résilié par les deux parties)
  • Important: en tant que locataire principal, vous répondez de tous les dommages survenant durant la sous-location.

Vous pouvez trouver un sous-locataire en publiant une annonce sur des portails spécialisés ou en passant par un service de sous-location professionnel.

Consultez ce site mais aussi celui-ci pour obtenir des informations détaillées sur la sous-location. 

Le congé sabbatique sur un curriculum vitæ

Une pause professionnelle d’un ou deux mois n’a aucun impact. En revanche, si elle dure plus longtemps, vous devriez réfléchir à la manière d’aborder ce «trou» dans votre CV. Vous pouvez sans problème mentionner le congé sabbatique et présenter les raisons pour lesquelles vous avez choisi de mettre votre carrière entre parenthèses.

Plus d'information

Profitez de vos vacances en toute sérénité

La préparation est la première étape d’un voyage. Vous trouverez ici une liste de contrôle utile qui vous permettra de ne rien oublier, qu’il s’agisse des choses à emporter ou de l’assurance à conclure.

Assurance voyages

Voyager dans le monde entier en toute sécurité avec l’assurance voyages de la Mobilière – en vacances, en séjours citadins, en escapades d’une journée ou d’un week-end.

Assurance par convention

À partir du moment où vous cessez votre activité lucrative dépendante ou que vous réduisez votre temps de travail à moins de huit heures par semaine, vous n’êtes plus assuré contre les accidents non professionnels. L’assurance par convention vous permet de continuer à bénéficier de l’assurance accidents non professionnels pendant six mois au plus après la cessation de votre activité lucrative.

Que feriez-vous en cas de maladie grave?

Les jeunes ont la vie devant eux. Ils ont déjà posé des bases solides pour leur avenir professionnel en suivant un apprentissage ou des études. Mais que se passe-t-il s’ils ont soudain un accident ou tombent gravement malade? ...