mobi__icon--right Created with Sketch.

la Mobilière

Itinéraire vers le permis de conduire définitif

Avant de tenir en main votre permis de conduire définitif, vous aurez passé par une période d’apprentissage de plusieurs années. Jeune conducteur, vous devez d’abord prouver vos connaissances théoriques et pratiques. Nous vous expliquons les différentes étapes de cet itinéraire.

La première étape est la préparation à l’examen théorique. Après avoir réussi cet examen, vous recevez un permis d’élève conducteur. Dès l’entrée en vigueur de la révision des prescriptions relatives au permis de conduire en 2020, vous pourrez passer l’examen théorique à 17 ans déjà. Le permis d’élève conducteur a une validité de 24 mois. Il vous autorise à faire des courses d’apprentissage avec un moniteur ou une monitrice d’auto-école ou un accompagnateur ou une accompagnatrice non professionnel-le âgé-e d’au moins 23 ans et titulaire d’un permis de conduire définitif depuis plus de trois ans pour la catégorie de véhicules correspondante. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez la page En route vers le permis de conduire! 

De la théorie à la pratique, étape par étape 

Si vous avez acquis une certaine expérience de la conduite et votre moniteur ou votre monitrice d’auto-école estime que vous êtes prêt-e, vous pourrez vous présenter à l’examen de conduite pratique. Les cinq conseils ci-dessous vous aideront à le passer haut la main:  

  • Choisissez une bonne auto-école. Les expériences faites par les personnes de votre entourage peuvent vous guider dans votre choix.  
  • Prenez suffisamment de leçons de conduite et effectuez suffisamment de courses d’apprentissage. Ne vous surestimez pas et attendez de vous sentir vraiment à l’aise au volant avant de vous présenter à l’examen.  
  • Identifiez vos points faibles et entraînez les bons réflexes de manière ciblée jusqu’à l’examen.  
  • Exercez-vous à conduire en anticipant. Faites attention aux autres usagers de la route et n’oubliez en aucun cas l’angle mort.  
  • Pendant l’examen, surveillez votre vitesse. Efforcez-vous de rouler toujours un peu moins vite (entre 2 et 5 km/h) que la vitesse autorisée. Ainsi, vous ne risquez pas de la dépasser par inadvertance en raison du trac.  

Le permis à l’essai, le temps de faire vos preuves 

Une fois que vous aurez réussi l’examen pratique, vous recevrez un permis de conduire à l’essai, valable trois ans en règle générale. Pendant la période probatoire, vous devrez faire vos preuves et suivre les cours de formation complémentaire (CFC) d’une durée de deux jours selon la législation actuelle. Dès l’entrée en vigueur de la révision des prescriptions relatives au permis de conduire début 2020, le cours CFC sera ramené à une journée et devra être suivi durant la première année après l’examen pratique.  

Tolérance zéro 

Pendant la période probatoire, des dispositions plus sévères s’appliquent aux jeunes conducteurs, par exemple la tolérance zéro en ce qui concerne la conduite sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants et le dépassement de la vitesse autorisée. Les excès de vitesse graves ayant été particulièrement nombreux ces dernières années, la loi sur la circulation routière prévoit des sanctions sévères également pour ce type d’infraction.  

Si vous avez un retrait de permis en raison d’une première infraction, la période probatoire sera prolongée d’un an. Dans le pire des cas, après une seconde infraction grave ou moyennement grave, le permis de conduire à l’essai sera annulé. Vous pourrez alors demander un nouveau permis d’élève conducteur au plus tôt après un an, sur la base d’une expertise psychologique attestant votre aptitude à conduire.  

Le permis en poche 

Si vous avez fait vos preuves au cours de la période probatoire, vous obtenez le permis de conduire définitif. Au terme des trois années, votre permis de conduire à l’essai ne sera plus valable. Dans certains cantons, le permis de conduire définitif est envoyé automatiquement. Dans d’autres, vous devez le commander un mois avant la fin de la période probatoire et joindre l’attestation relative aux cours CFC à votre demande. Informez-vous suffisamment tôt auprès du service des automobiles de votre canton ou auprès de l’Association des services des automobiles asa. Conduire sans permis valable n’est pas sans conséquences: d’une part, vous êtes passible d’une amende et, d’autre part, vous perdez votre couverture d’assurance.  

Ce qui vaut pour le permis à l’essai est également valable pour le permis définitif: prenez-en bien soin!