mobi__icon--right Created with Sketch.

la Mobilière

En route vers le permis de conduire!

Confiance et assurance(s) pour les jeunes conducteurs et conductrices

Bravo, vous avez réussi votre examen théorique! Maintenant, il ne vous reste plus qu’à vous entraîner en vue de l’examen pratique. Mais qui a le droit de vous accompagner? Et qui paie s’il arrive quelque chose? 

En Suisse, le permis de conduire définitif s’obtient dans le cadre d’une formation en deux phases. Lors de la première phase, il faut tout d’abord réussir l’examen théorique, qui donne droit au permis d’élève conducteur. Valable 24 mois, celui-ci vous permet de faire les courses d’apprentissage nécessaires à la préparation de l’examen de conduite.  
Une fois l’examen pratique réussi, vous recevez un permis de conduire à l’essai et entrez dans la deuxième phase de formation. Pendant trois ans, vous devez faire vos preuves en tant que nouveau conducteur/nouvelle conductrice et suivre la formation L2. Vous trouverez plus d’informations sur cette formation dans le guide «Iti­né­raire vers le per­mis de conduire dé­fi­ni­tif». Après avoir brillamment franchi toutes ces étapes, vous obtenez votre permis de conduire définitif.  

Un accompagnant, oui, mais pas à n’importe quelle condition 

Une fois l’examen théorique en poche, il reste à faire un certain nombre d’heures de conduite accompagnée ou d’auto-école. Les courses d’apprentissage avec vos parents ou des amis permettent de vous familiariser à la conduite et sont précieuses pour vous préparer à l’examen pratique. Votre accompagnant-e peut être un membre de la famille ou un-e ami-e âgé-e d’au moins 23 ans et titulaire depuis au moins trois ans du permis de conduire définitif pour la catégorie de véhicules correspondante.  

L’entraînement, encore et toujours 

Si vous suivez les conseils suivants, votre apprentissage à la conduite devrait se dérouler (presque) sans accroc:  

  • Débutez vos entraînements sur un grand parking, où vous disposez de beaucoup de place pour manœuvrer. Les premières fois, veillez à ce qu’aucun gros obstacle ne se trouve dans la zone.  
  • Lorsque vous conduisez dans la circulation, choisissez des trajets qui ne sont pas trop exigeants pour vous. Cela vous épargnera beaucoup de stress.  
  • Vous ne pouvez conduire sur autoroute ou semi-autoroute que lorsque vous avez fixé une date pour votre examen pratique.  
  • Lors de vos courses d’apprentissage, le «L» placé à l’arrière du véhicule vous identifie comme jeune conducteur/conductrice.  
  • Votre accompagnant-e doit pouvoir accéder facilement au frein à main. Il peut aussi être utile d’installer un rétroviseur supplémentaire du côté passager.  
  • Pendant vos courses d’apprentissage, restez à l’intérieur des frontières. Il vous est en effet interdit de conduire à l’étranger.  
  • N’oubliez pas qu’il est parfaitement normal de faire des erreurs lorsque l’on s’entraîne au volant. Restez calme

Apprendre à conduire avec la voiture d’un tiers 

En Suisse, l’autopartage connaît un succès grandissant. Fini le temps où tout le monde disposait de son propre véhicule. Désormais, quand on a besoin d’une voiture, on la loue sur sharoo ou Mobility. Les services d’autopartage sont également accessibles aux élèves conducteurs. Attention: la personne qui vous accompagne doit remplir les mêmes conditions juridiques, c’est-à-dire avoir au moins 23 ans et être titulaire du permis de conduire définitif depuis au moins trois ans. Mobility propose même un abonnement élève conducteur

En cas de pépin 

La personne qui vous accompagne lors de vos courses d’apprentissage est responsable du respect des règles de circulation routière. Elle doit en outre veiller à ce que la course se déroule sans danger. En cas de pépin, elle répond des dommages découlant du non-respect de ses propres obligations. En cas de sinistre, si votre aptitude à la conduite vous aurait permis de l’éviter, c’est vous qui en assumez la responsabilité.  

Exemple: vous faites une course d’apprentissage avec la voiture d’une amie, qui a pris place sur le siège passager. En vous garant, vous heurtez un autre véhicule. Le dommage est pris en charge par l’assurance responsabilité civile véhicules à moteur de votre amie. 

Mais c’est vous qui répondez du dommage causé à la voiture de votre amie. Votre responsabilité civile privée couvre l’utilisation occasionnelle de véhicules à moteur de tiers, pour autant que vous n’utilisiez pas le véhicule en question plus de 35 jours par an. Sinon, c’est l’assurance casco de votre amie qui interviendra en cas de sinistre. Dans ce cas, la franchise casco et la perte de bonus éventuelle sont à votre charge. Dans l’idéal, il faudrait clarifier la situation en matière d’assurances avec votre accompagnant-e avant d’effectuer la toute première course. Vous éviterez ainsi les mauvaises surprises. 

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter bonne route!